mercredi 13 février 2008

attractivité (sic)

Une agence de communication spécialisée dans l'édition d'entreprise a joint la note que voici à l'attention de son typographe : "Ne rien modifier dans ce texte, car il est conforme aux exigences du cahier des charges". Ah bon ? - s'est demandé le typographe, à la lecture du texte en question, intitulé "attractivité financière du parcours de soins" - le cahier des charges exige la présence de barbarismes dans les titres ?

L'emploi en français du faux ami anglais attractive, qui signifie séduisant, attrayant, a donné naissance dans certains esprits au néologisme "attractivité" [comme dans "attractivité touristique du Morbihan"] dont l'emploi est vivement déconseillé, voire prohibé. On peut s'inquiéter de constater que cette faute de français caractérisée s'épanouit actuellement sans complexes dans le discours technocratique français, y compris celui de certains organismes d'État. Débarrassée de sa difformité, "l'attractivité" (sic) c'est tout simplement l'attrait, la séduction, l'intérêt.

Aucun commentaire: