mardi 11 mars 2008

au final (sic)


Le pire, le total, le gré, le départ - mots masculins - ont donné naissance en français à des locutions adverbiales construites avec au (au pire, au total, au gré, au départ). L'heure, la sauvette, la suite, la fin - mots féminins - ont donné naissance à des locutions adverbiales construites avec à ( à l'heure, à la sauvette, à la suite, à la fin).

Plutôt que d'aller chercher dans le grand coffre à jouets de la langue française ce qui s'y trouve déjà, certains bricolent depuis peu des bidules inutiles, comme "au final", oubliant que cela existe déjà au féminin : à la fin. Avec un à et non un au. Parce que la fin est féminine et non masculine.

Après avoir tué l'avenir [devenu le futur], finalement ils vont bien réussir à nous tuer aussi la fin.

PS : Ce qui est curieux, c'est que les amnésiques qui ont injecté cette anomalie dans la langue [le final n'existe pas, il n'existe que la finale ou le finale - avec un E à la fin (!), en souvenir de son origine italienne] se sont contentés de remplacer à la fin par au final, et ne sont pas allés jusqu'au bout de l'idée en remplaçant aussi à la suite par "au suivant", etc. Mais patience, tout arrive.


POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE , CLIQUEZ ICI

Aucun commentaire: