mercredi 7 décembre 2016

motif utile ou motif futile ?

Certains s'interrogent sur l'utilité de prononcer clairement en français les consonnes redoublées : immobile, immense, immature, immoral, allusion, illogique, etc.

Si un professionnel de la parole dit "i-mobile" ou "i-mense" au lieu de [im-mobile] ou [im-mense], tout le monde le comprendra. De même pour les "fautes d'orthographe sonores" suivantes : ilogique, imature, alusion, imoral, etc. Soumis à ces imprécisions phonétiques dans les médias parlés, nombre de locuteurs francophones perdent graduellement l'habitude de redoubler les consonnes, préférant l'économie d'effort articulatoire à la clarté de leur diction.

Cette habitude de paresse s'étend à la prononciation de deux sons consonnes identiques qui ne sont pas au cœur d'un mot, mais se répètent en fin et en début de mots : baobaB Brûlé, par exemple. Certes, il est rare de parler de baobab brûlé, de clam magnifique, de lac clinquant, ou de cap pitoyable... Mais quand un comédien se dispense de faire entendre la double consonne et prononce "cas pitoyable" au lieu de "cap pitoyable" ou "motif utile" au lieu de "motif futile", la langue parlée s'obscurcit.

La Mission linguistique francophone rappelle quotidiennement aux professionnels de la parole l'importance de la phonétique pour l'intelligibilité des messages qu'ils délivrent.

Aucun commentaire: