dimanche 15 janvier 2017

chargés d'être en charge

Remplacée par la tournure fautive "être en charge de" (sic), une expression française anodine est en train de disparaître : être chargé de (telle ou telle responsabilité professionnelle, associative, élective, etc). Il existe bien encore des Chargés de mission, dont la fonction tire son nom du fait qu'ils soient chargés d'une mission. Mais, oublieux d'une étymologie aussi limpide, ils se présentent le plus souvent aujourd'hui comme étant "en charge de" leur mission.

Cette erreur s'est installée en français dans le milieu des années 1990 et n'en repart plus.

Une fois encore, il s'agit d'une mauvaise traduction anglophone [l'anglais "to be in charge of" signifie "être chargé de"], infiltrée en français sans que les défenses immunitaires de notre langue vivante aient joué leur rôle : rédacteurs en chef et secrétaires de rédaction qui ne corrigent pas un titre, une légende ou un intertitre ; directeurs de la communication et chefs de cabinet qui laissent filer cette faute sans même la remarquer dans un communiqué ou un organigramme... Il n'en faut pas plus pour que le français se disloque de place en place et que le participe passif du verbe charger [être chargé] disparaisse.

Pataugeant complètement dans ce bouillon d'inculture, certains services de l'État estiment même "avoir en charge" un certain nombre d'actions. Ce qui ne se peut pas en bon français ; tout juste peuvent-ils "avoir la charge" desdites actions. Mais la vérité est qu'ils en sont chargés, tout simplement.

En français, un véhicule peut être en charge, voire en surcharge (cf illustration), une batterie électrique peut être en charge, mais ni un individu ni une institution ne sont "en charge" : ils sont chargés de faire ce qu'ils font.

POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE, CLIQUEZ ICI

Aucun commentaire: