jeudi 6 octobre 2016

olympisme et sécurité

L'un de nos premiers articles, du 7 avril 2009, remis sur le dessus de la pile, car toujours d'actualité

La flamme olympique des Jeux organisés par la Chine traverse difficilement Paris en dépit d'une protection policière considérable. Au pays des Droits de l'homme, il semble que la population ne soit pas en liesse à la vue d'une flamme olympique ternie et si lourdement cuirassée.

Selon la presse audiovisuelle qui commente ce parcours, à chaud et en direct, vers 13h15 la flamme a dû être mise "dans un lieu sécurisé" (...) "et le déroulé de l'événement est compromis". En fait, la flamme a été mise en lieu sûr (et non "dans un lieu sécurisé"), et le déroulement (et non "le déroulé") de l'événement est compromis.

Mais cent fois, les commentateurs nous rediront que la flamme est sécurisée, qu'une bulle sécurisée ( ? ) l'entourerait, qu'un bus sécurisé l'abriterait, et qu'il faudrait tout sécuriser pour que tout soit sécurisé.

Parce que la liberté souffre aussi gravement qu'elle souffre en Chine, faut-il que la langue française souffre à ce point en France ? Ce terrible appauvrissement de la langue sert-il le bon commentaire de l'information ? Non. Donne-t-il plus ou moins de poids à la cause légitimement défendue par ceux qui perturbent ce parcours ? Non plus. Cet appauvrissement est donc sans importance. C'est certainement pourquoi il submerge la langue du journalisme, entièrement concentrée sur l'essentiel, bien sûr.


POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE, CLIQUEZ ICI

Aucun commentaire: