vendredi 20 novembre 2009

guérillas et guérilleros

La presse francophone regorge de ce genre de titres : "La guérilla refuse de libérer les otages". Or, ce n'est pas la guérilla qui refuse, ce sont les guérilleros.

Ceux qui emploient guérilla au lieu de guérilleros diront qu'ils s'expriment par métonymie. C'est vrai, et c'est faux. C'est vrai car ils emploient le mot qui désigne une situation pour évoquer ceux qui en sont les acteurs. Mais c'est faux car il s'agit en fait - une fois encore - d'un anglicisme.

Guérilla vient certes de l'espagnol guerrilla (petite guerre), et non de l'anglais. Mais en anglais, guerilleros se dit guerrillas. Des dépêches de presse anglophones mal traduites ont fait le reste : "The Guerrillas Surrender" ("Les guérilleros se rendent") a été traduit par "La guérilla se rend". Les journalistes puis les politiciens ont repris cette faute à leur compte sans états d'âmes.

Car il s'agit bien d'une faute de traduction et non d'une honorable métonymie. La meilleure preuve, c'est que cette substitution guérilleros/guérilla n'est jamais effectuée pour l'équivalent soldats/guerre. Nul n'écrit ni ne dit "3 451 guerres sont mortes en Irak" au lieu de "3 451 soldats sont morts en Irak"... En tout cas, la Mission linguistique francophone n'a rien constaté de tel.

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE

Aucun commentaire: