mercredi 6 décembre 2017

sur l'assassin

Un directeur de la police judiciaire française a déclaré à la télévision de son pays : "nous sommes remontés sur l'assassin" (sic).

On l'imagine juché sur les épaules d'un assassin. Fâcheuse posture ou fâcheux discours que de "remonter sur" un assassin.

Les ravages causés par l'abus de la préposition sur à la place de presque toutes les autres prépositions ("sur Bruxelles" au lieu de "à Bruxelles" ; "sur l'île" au lieu de "dans l'île" ; "là vous êtes sur un Modigliani" au lieu de "vous avez devant vous un Modigliani", etc) s'étendent donc sans répit.

Aujourd'hui, un haut fonctionnaire de police, membre de l'élite intellectuelle donc, et francophone de naissance, ne dit plus que son enquête lui a permis de remonter jusqu'à l'assassin, mais qu'elle lui a permis de remonter sur l'assassin. Ainsi la pauvreté du vocabulaire devient-elle misère. Et ainsi le divorce semble-t-il entièrement consommé entre une langue et ses plus fins esprits.

POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE, CLIQUEZ ICI

Aucun commentaire: