jeudi 1 avril 2010

buzz et clavardage

En France, le secrétariat d'État à la Francophonie et le ministère de la Culture se partagent les obligations en matière de vitalité de la langue française. Le premier veille plutôt sur son rayonnement international, et le second sur sa vitalité intrinsèque. C'est dans ce cadre que vient d'être organisé un sympathique concours d'idées dont le sujet laisse cependant perplexe par endroits. Les participants ont été invités à inventer des mots francophones nouveaux pour parler du buzz, du talk, du chat, etc. Or, la question n'est pas ici d'inventer des mots nouveaux, mais de se souvenir que des mots français existent déjà. Et de le rappeler.

Rappelons donc qu'un talk, c'est une conversation ou un débat, voire une causerie. Que du buzz, c'est de la rumeur ou du bruit (au sens figuré employé dans "beaucoup de bruit pour rien"). Et que to chat signifie très exactement bavarder. Pour franciser le chat anglophone cher aux internautes francophones, inutile donc de s'encombrer du néologisme (dé)con(certant) "éblabla" (sic) retenu par le jury du concours précité. L'inusable bavardage fera l'affaire. [NB : le nombre de syllabes est le même.]

Si vraiment, on entend distinguer un bavardage oral d'un bavardage dactylographié, alors les francophones canadiens ont déjà forgé un néologisme astucieux : le clavardage, ou bavardage par clavier.

POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE, CLIQUEZ ICI

Aucun commentaire: