mardi 31 mai 2011

assités publics ou assistants publics ?

L'assistanat, ce n'est pas le fait d'être assisté mais au contraire le fait d'être l'assistant de quelqu'un, c'est-à-dire son second.

Les politiciens qui veulent "en finir avec l'assistanat" veulent donc que nous nous passions tous d'assistants. Leurs propres assistants parlementaires doivent être sacrément irritants pour que ces politiciens-là fassent une telle fixation sur la fin de l'assistanat... Ou peut-être ces orateurs de profession sont-ils égarés dans leur propre langue ? Peut-être ont-ils besoin de notre assistance ?
Auquel cas, nous leur rappelons que se porter au secours des personnes en péril ou en difficulté même minime, ce n'est pas de l'assistanat mais de l'assistance. Et que l'assistance est non seulement un devoir moral soutenu par la plus élémentaire politesse, mais une obligation légale dont atteste la notion de délit de non-assistance à personne en danger.

L'encyclopédie collaborative Wikipédia s'étend longuement sur l'acception fautive du terme assistanat
(cliquer ici pour accéder à cette entrée de Wikipédia).

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE [M•L•F•]

Aucun commentaire: