jeudi 25 juillet 2013

l'orange et le viol

On entend de plus en plus souvent prononcer la voyelle "O" comme si elle était ornée d'un accent circonflexe, dans des mots où elle en est pourtant dépourvue. Ainsi les journalistes de la presse parlée - dont l'art de prononcer de manière irréprochable devrait être une compétence première - évoquent-ils les déboires d'une entreprise dénommée Orange, comme s'il s'agissait de l'entreprise Aurange ou Ôrange.

Plus tard, ils vous parlent de "viôlences" ou de "viaulences", à charge pour nous de comprendre qu'il s'agit malheureusement de violences. Ils évoquent ensuite une série de viols et le prix de l'or, mais sans déformer aucun de ces deux mots. On peut s'étonner de cette incohérence.

Le viol est une violence : la racine de viol et de violence est la même et la prononciation de leur syllabe commune ne doit différer en rien. L'orange a une couleur d'or rougeoyant : la racine d'or et d'orange est la même et la prononciation de leur syllabe commune ne doit différer en rien.

La Mission linguistique francophone le martèle : la phonétique n'est pas une dimension accessoire de la langue. Elle nous renseigne instantanément sur la génétique des mots : quels sont leurs liens, leurs ascendants, leurs parents. La précision phonétique clarifie le sens du propos sans obliger à le déduire du contexte : ma belle Aude ou ma belle ode ? Archet ou archer ? Poignets ou poignées ? Le plus grand mal ou le plus grand mâle ? Maroc ou ma rauque ? La prononciation juste est non seulement la musique juste de toute langue mais le véhicule premier de l'information parlée. C'est pourquoi il est sain de ne pas enkyster dans les esprits ces incohérences phonétiques, ces approximations de prononciation qui sont autant de négligences professionnelles chez un professionnel de la parole francophone.

PS : Ce sont généralement les mêmes orateurs médiatiques négligents qui vous ajoutent un accent circonflexe sur le o de orange et qui vous le retirent sur celui de Vallée du Rhône...

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE [M•L•F•] 

Aucun commentaire: