samedi 1 décembre 2012

candidater

Barbarisme dérivé du mot candidat, le verbe "candidater" (sic) est d'un emploi fautif. Aussi fautif que le verbe-valise "sécuriser" (autre barbarisme, sollicité à outrance pour exprimer indifféremment toute action liée à la sécurité), et pour la même raison : parce que la paresse est un vice...

À dire vrai, est-on digne de la fonction à laquelle on se porte candidat quand on se montre trop paresseux pour faire l'effort infime d'aller chercher sur le bout de sa propre langue le verbe approprié (postuler)  ou l'expression juste (être candidat, se porter candidat, présenter sa candidature, faire acte de candidature, solliciter un poste, briguer une distinction, etc) ?

Et que dire des recruteurs qui précisent aux candidats qu'ils devront faire preuve d'excellentes capacités rédactionnelles, puis leur demandent de "candidater", indiquant ainsi que les qualités rédactionnelles authentiques ne sauront être appréciées par un recruteur qui maîtrise aussi mal le français ?

Si la paresse intellectuelle est un travers, l'économie d'effort n'en est pas un : il se trouve que postuler comporte une syllabe et deux lettres de moins que "candidater" (sic). Pourquoi s'en priver ?

Cet article prolonge celui-ci
POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE, CLIQUEZ ICI
POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE CADREMPLOI, CLIQUEZ ICI
 

Aucun commentaire: