mardi 24 décembre 2013

mûr et immature

L'adjectif mûr possède un antonyme bien connu : immature.

La force de cet antonyme est telle qu'un grand nombre de professionnels de la langue (journalistes, essayistes, politiciens, publicitaires) et de professionnels de la maturité (psychologues, enseignants) en perdent leur français.

La Mission linguistique francophone relève en effet que l'adjectif mûr est devenu minoritaire dans les médias écrits et parlés, au bénéfice de "mature" (sic). Ce terme est impropre et son emploi déconseillé. "Mature" n'est admis que dans le jargon piscicole, où il qualifie un poisson prêt à frayer. Et encore ne s'agit-il là que d'entériner l'adoption ancienne, par toute une profession, de la mauvaise traduction technique du terme anglais "mature" qui signifie simplement mûr, parvenu à maturité et par extension, adulte.

En français, la situation est claire - ou devrait l'être et gagnerait à le redevenir : puisque l'antonyme [ c'est-à-dire le contraire] du mot mûr est le mot immature, l'antonyme du mot immature est le mot mûr. Sauf à admettre l'amnésie rétrograde comme règle d'évolution lexicale... Ce qui n'agirait pas en faveur de la santé psychique des Francophones.

Emmanuel Kant [portrait ci-dessus] donnait de l'immaturité cette définition : "l'immaturité est l'incapacité d'employer son entendement sans être guidé par autrui". Il en voyait la cause, chez certains adultes, non pas dans quelque retard intellectuel mais dans le manque de courage et la paresse. La paresse de réfléchir et le manque de courage d'affronter par la pensée ce qui doit l'être.

POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE, CLIQUEZ ICI

Aucun commentaire: