mercredi 7 janvier 2015

certificat de niais sens

La mode des éco-ceci, éco-cela rend les communicants un peu fous... Ou au moins, un peu niais à leurs heures. Pas davantage que les moutons de Panurge, mais juste autant.

Ainsi dans la description d'un grand hôtel parisien sur son site internet lit-on qu'il est en Europe "le premier hôtel Eco-certifié" (sic). Bravo. Mais pourquoi affubler semblable jargon de trois fautes d'orthographe d'un seul coup ? Quitte à se flatter d'employer ce néologisme, et quel qu'en soit le sens creux, autant ne pas y ajouter les trois bévues que voici : 1/ pas de majuscule en français aux adjectifs (pas même dans Directeur général ni dans Académie française) ; 2/ pas de trait d'union entre un tel préfixe et son radical (on écrit écologie et non éco-logie ; idem pour écocertifié) ; 3/ contrairement à ce qu'on croit souvent, les majuscules ne sont pas dispensées d'accent ["les accents on pleine valeur orthographique en français, y compris sur les majuscules", Acad. fr.]. Mais cette troisième faute se corrigera d'elle-même quand vous aurez corrigé la première.

PS : L'organisme qui veille à faire connaître ce genre de certifications fumeuses y perd tellement son latin que, dans sa communication écrite, il évoque d'un côté l'éco-labellisation et de l'autre les écolabels. Faut choisir, camarades. En l'occurrence, faut choisir de renoncer au trait d'union.

Illustration : détail du grand hôtel en question ; architecte : Edouard François

Aucun commentaire: