lundi 27 janvier 2014

les emmarchements, escaliers pédants

Selon les urbanistes au service de la mairie de Paris, relayés par le célèbre quotidien français Le Monde, la place de la Bastille sera bientôt restructurée et "ouvrira sur un large belvédère auquel il sera possible d'accéder grâce un double emmarchement."

En français, on appelle emmarchement la largeur d'une marche d'escalier ou l'emplacement creusé dans le limon d'un escalier pour y fixer une marche. Ceux qui parlent correctement français comprendront donc que les escaliers de la Bastille seront élargis, en vue d'obtenir un double emmarchement, autrement dit une double largeur de marches. Ces francophones éclairés se trompent, car ils ignorent le haut degré de préciosité qui parasite l'information ci-dessus. Ici, emmarchement est à comprendre comme synonyme ou métonymie d'escalier. Le "double emmarchement" annoncé est donc un escalier "double", autrement dit deux escaliers. Cet abus de langage fait florès dans le monde de l'architecture et de l'urbanisme. La Mission linguistique francophone va surveiller de près la prolifération de ce mal et s'efforcer d'éviter la disparition définitive des escaliers (trois syllabes) au profit des prétentieux emmarchements, avec leur vaine métonymie et leur syllabe supplémentaire qui ronfle dans le discours urbanistique ambiant pour jeter de la poudre aux yeux du commun des mortels, jusqu'alors résigné à n'avoir guère qu'un pied à mettre devant l'autre pour monter benoîtement de sobres escaliers.

CLIQUEZ ICI  POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE [M.L.F.]

Aucun commentaire: