mercredi 2 mars 2016

listing, naming, pressing

Académie française (12 juillet 2016) : "On rappellera qu’appeler listing une liste n’améliore en rien la qualité ou la valeur de cette dernière, sauf à penser que l’emploi d’anglicismes, fussent-ils de mauvais aloi, est une marque de modernité. " Et toc.

Il en va de même pour le ridicule bedding, cher à quelques professionnels de l'ameublement et du snobisme, qui désignent ainsi la literie. Même pichenette pour se débarrasser du grotesque naming, jargon riche en poudre aux yeux et empoisonnée par une anglomanie de carnaval, supposé exprimer l'action de donner un nom ou d'inventer un nom avec beaucoup de flair commercial. Ce qui s'appelle en français la dénomination, l'appellation ou la création de marque.

Enfin, même coup pied au derrière des commentateurs sportifs adeptes de l'inepte pressing, qu'ils croient voir exercé par une équipe affrontant une autre. Il s'agit peu probablement de blanchisserie et sans doute de pression ou de combativité.

En anglais, la  pression (morale, physique, sportive) se dit pressure ; tandis que le nettoyage à sec se dit dry cleaning (pour désigner l'activité) ou dry cleaner (pour désigner le commerçant ou sa boutique).

Aucun commentaire: