mardi 7 février 2017

fainéant

Il y a des fainéants de la logique qui disent et écrivent "feignant" au lieu de "fainéant".

Le fainéant, c'est celui qui fait néant, qui ne fait rien ou ne veut rien faire. Pas difficile à comprendre, si ?

La prononciation rapide des syllabes "fainéant" peut dériver vers "fainiant". C'est ce qui a introduit la méprise entre ce mot et le participe présent feignant du verbe feindre, dont la sonorité est proche de la prononciation imprécise de fainéant.

Il semble que certains aient imaginé à partir de là que le feignant était celui qui feignait de travailler. Or, la personne qui feint est une feinteuse ou un feinteur et non un "feignant" (sic).

Le "feignant", en tant que paresseux, n'existe pas. Sauf sous la plume de rédacteurs professionnels qui ne réfléchissent pas à ce qu'ils écrivent. Ce qui ne fait pas pour autant d'eux des fainéants, mais peut-être des feinteurs, habiles à se faire passer pour compétents en matière de langue française sans vraiment l'être.

Enfin, rappelons que le fainéant cède à la fainéantise, et non à la "feignantise" (sic).

POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE, CLIQUEZ ICI

Aucun commentaire: