vendredi 10 février 2017

potentialités et fonctionnalités

Selon l'adage sarcastique "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué", des millions de francophones, désireux de passer pour hyper-compétents à coup d'hypertrophie incorrecte de mots corrects, se sont mis à nous parler des "potentialités" plutôt que du potentiel des choses, et de leurs "fonctionnalités" plutôt que de leurs fonctions (notamment dans le jargon informatique). Ils ont bien tort.

Car si notre langue cède à ce travers, par souci de lui conserver sa cohérence nous ne devrons plus calculer par additions ni par soustractions mais par additionnalités et soustractivités ; et nous devrons nous interdire de commettre des crimes passionnels dans des tunnels : nous serons contraints de passer aux crimes de passionnalité dans des tunnalités. On voit combien cette mauvaise pente, d'un ridicule particulièrement raide, est casse-gueule. Le mieux est de cesser de s'y aventurer.

Fonctions et potentiels suffiront, partout où font actuellement fureur les "fonctionnalités" et les "potentialités". Merci de faire passer le messages aux mordus de la boursouflure et de la vaine acrobatie sémantique.

Aucun commentaire: