jeudi 7 juin 2018

la confiance clients : une purge vendue en pharmacie

Pour se faire une idée du mépris qu'inspire le souci du maniement le plus élémentaire de notre langue à certains membres de professions pourtant dites intellectuelles supérieures, on peut pousser la porte d'une officine pharmaceutique et s'émouvoir d'y être accueilli par la proclamation publicitaire incongrue reproduite ci-dessus.

C'est un moyen très sûr de déclencher l'hostilité railleuse du pharmacien, sur le mode "oui, bon ben quoi, j'vois pas où est l'problème, j'y peux rien", le bras fermement croisés sur la poitrine, le sourire narquois et la mauvaise foi en bandoulière.

Donc, on peut être titulaire d'un diplôme de docteur en pharmacie, membre d'un groupement de pharmaciens pour qui "notre santé est capitale" et penser sérieusement que le serment commercial "mériter la confiance clients" ça y'en a être texte digne vitrines santé capitale officine ?

Eh bé... Pas besoin d'être un professionnel de santé pour y voir plutôt une entorse très gonflée.

Puisque la législation française [loi de 1994 dite Loi Toubon] protège notre langue contre de telles exactions à condition qu'on rapporte les preuves d'un refus d'y remédier, les observateurs bénévoles de la Mission Linguistique Francophone ont débuté ce mois-ci une campagne de constats et de visites de courtoisie chez les franchisés pharmaceutiques unis sous ce slogan boiteux et inconvenant, voire contrevenant. Il en ressort que ladite attaque contre la santé de notre langue est méthodiquement répercutée à l'intérieur des officines sur des écrans vidéo, afin que nul n'y échappe. Et sans que nulle pharmacienne ni pharmacien n'y remédie.

Se regrouper entre pharmaciens pour asséner ça aux chalands et patients pas encore décérébrés, c'est un peu violent pourtant, non ?

NDA : Le plus incommodant dans la cette campagne de publicité sur le lieu de vente, c'est son incohérence intrinsèque. En effet, on y trouve côte à côte le massacre grammatical "mériter la confiance clients" [au lieu de "la confiance de nos clients"] et un autre serment à la syntaxe irréprochable : "assurer la cohésion de nos équipes" [et non "assurer la cohésion équipes" qui serait pourtant cohérent avec l'inepte "confiance clients"]. Il faut croire, chers pharmaciens parisiens, que vos clients ont droit à moins de considération que vos propres équipes... Est-ce ainsi que vous comptez mériter leur confiance ?  Miss L.F.

POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE, CLIQUEZ ICI 

1 commentaire:

Anne a dit…

Bonjour, j'admire vos remarques, qui sont à la fois pertinentes et drôles. Cependant, dans le paragraphe suivant, deux constructions grammaticales me choquent : il me semble que le verbe « débuter » est intransitif et que l'emploi de « ne » avec «sans que » est incorrect.
les observateurs bénévoles de la Mission Linguistique Francophone ont débuté ce mois-ci une campagne de constats et de visites de courtoisie chez les franchisés pharmaceutiques unis sous ce slogan boiteux et inconvenant, voire contrevenant. Il en ressort que ladite attaque contre la santé de notre langue est méthodiquement répercutée à l'intérieur des officines sur des écrans vidéo, afin que nul n'y échappe. Et sans que nulle pharmacienne ni pharmacien n'y remédie.