jeudi 11 avril 2013

travaux publics et enseignement laïque



Le gouvernement français est-il laïc ? Non.

En effet, il a choisi d'être un gouvernement laïque qui communique actuellement par voie d'affiches sur l'enseignement laïque (sic) de la morale. Quitte à promouvoir ainsi la désuétude de la distinction entre le masculin laïc et le féminin laïque, il va falloir s'attaquer maintenant à la forme masculine de l'adjectif public pour la faire disparaître à son tour. Et harmoniser l'orthographe officielle des travaux publiques, des établissements publiques, des amoureux qui se bécotent sur les bancs publiques, du secteur publique et des pouvoirs publiques avec celle de l'enseignement laïque. Sans cette précaution, le français médiatique et politique poursuivrait toujours plus avant son cheminement dans l'incohérence : pourquoi neutraliser laïc et pas public ? Si l'on en juge par l'irréprochable prospérité des adjectifs à désinence unique en -ique à tous les genres, renoncer totalement à la charmante exception des adjectifs en -ic au masculin ne serait pas inepte. Mais y renoncer partiellement serait inconséquent.

De fait, à quelques semaines des examens et concours de fin d'année scolaire, la Mission linguistique francophone recommande aux étudiants francophones du monde entier de ne pas écrire "travaux publiques laïcs" ni "travaux publics laïques". Il y a encore des correcteurs qui pourraient tiquer. Non pas qu'ils soient couverts de tiques, mais plutôt saisis de tics.

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE [M•L•F•] 

Aucun commentaire: