vendredi 7 juin 2013

en illimité et en aveugle : ni queue ni tête

Dans la langue médiatique et publicitaire, l'adverbe et l'adjectif sont progressivement supplantés par une tournure employant la préposition "en". Ainsi, au lieu d'un abonnement forfaitaire illimité, on vous vend les joies de la téléphonie "en illimité". Au lieu d'un voyage individuel, les professionnels du transport et du tourisme nous proposent des excursions "en individuel".

L'adjectif n'est pas le seul à se retrouver ainsi emberlificoté dans l'ajout superflu de la préposition en. L'adverbe, souvent surnommé "adjectif du verbe", subit ce sort inconfortable jusque dans les colonnes du quotidien Le Monde, où l'on peut lire que "la violence se déchaîne en aveugle". Ce serait joli si l'on pouvait présumer que la journaliste avait décidé de faire œuvre de poète. Hélas non : elle a simplement cédé à la tendance actuelle du français mercatique et médiatique qui tend à la destruction de l'adverbe usuel pour le reconstruire ensuite à l'envers : aveuglément devient "en aveugle", tout comme individuellement devient "en individuel". Le tour de passe-passe consiste à déplacer le son "EN" (produit par le suffixe adverbial -ent) de la queue vers la tête ; de la queue de l'adverbe vers la tête de la locution adverbiale. C'est cette maladroite interversion de sonorités qui nous donne des "en aveugle" et "en individuel", et bientôt nous fera dire "en facile" plutôt que facilement.

Certes, le français admet volontiers des locutions adverbiales formées à laide de la préposition en. Par exemple : en abondance pour abondamment ; en masse pour massivement ; en douceur pour doucement. Mais on remarquera que l'abondance, la masse et la douceur sont des substantifs et non des adjectifs. La nouveauté peu recommandable qui se répand actuellement "en illimité" (sic) consiste à transformer les adjectifs en noms communs [autrement dit, à les substantiver], puis à leur donner à nouveau une autre fonction grammaticale par adjonction de la préposition en, afin de les employer au bout du compte comme adverbes. Beaucoup de contorsions pour rien, non ? Gare aux séquelles.

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE [M•L•F•] 

Aucun commentaire: