lundi 11 avril 2011

aliments essentiels

Pour désigner une liste de produits alimentaires de première nécessité proposés à prix modérés, le gouvernement français vient de forger la notion de "panier des essentiels". On y retrouve deux tics de la préciosité du français médiatique et administratif contemporain : l'abus des métonymies (panier) et la substantivation des adjectifs (les essentiels). En fait, il s'agit d'aliments essentiels. Mais la formule aliments essentiels disconvient aux précieux d'aujourd'hui à double titre. D'une part l'adjectif ne se substitue pas au mot qu'il qualifie, il lui succède selon notre syntaxe. D'autre part le contenu (aliments ou produits ou sélection) n'est pas traduit par son contenant (panier). Autrement dit, la langue est simple, claire, directe, intemporelle. Et cela paraît bien fâcheux aux inventeurs d'écrans de fumée communicationnels, spontanément friands de vocables fumeux.

NDA : Cette formule que nous critiquions lors de son apparition, début 2011, n'a finalement eu aucun succès. 

Aucun commentaire: