jeudi 10 mai 2018

Mbappé ne s'appelle pas M-Bappé

La prononciation correcte du patronyme camerounais Mbappé ne tend aucun piège. Les journalistes de France et de Navarre s'en inventent pourtant un, et le prononcent majoritairement de façon fautive, en créant une séparation fictive entre la consonne M et les autres lettres. Ce qui donne l'étrange lecture "Êm' Bappé", qui est une absurdité comme le serait "Êss' Tendhal" au lieu de Stendhal, "Zêd Idane"" au lieu de Zidane, ou "Tom Cé Ruise" au lieu de Tom Cruise.

Si les professionnels de la parole ont du mal à articuler la succession de consonnes -mb-, ils peuvent s'y exercer en répétant sans la moindre difficulté : "samba périlleuse sans Mbappé rieur".

Ou encore : " je m'bats contre Mbappé", puis "Mbappé m'bat", et finalement "si tu m'bats, je m'barre !"

POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE, CLIQUEZ ICI

PS : L'articulation subtile d'un M directement accolé à un B, nous la réussissons sans chichis avec Rambo, samba et come back, non ? Avec l'accent du Midi de la France, on l'entend aussi dans imbécile ! Invoquer une trop grande difficulté d'articulation n'a donc aucun fondement. Il s'agit en fait d'une cuistrerie: l'étalage d'un faux savoir, d'une fausse connaissance de la phonétique bantoue (consistant à croire que N'Golo se prononce N-Golo et que Mbappé se prononce M-Bappé).

46 commentaires:

Anonyme a dit…

Très sympa comme précision. Mais cette prononciation est impossible si elle n'est pas précédée d'une voyelle sonore (comme dans "je m'bats"). La comparaison avec "contre Mbappé", à la voyelle rarement sonore, est un mauvais exemple... Pas facile donc.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Impossible ? Comment les autres font pour le prononcer correctement alors ? Ils font ce qu'on appelle un effort...

Boubacar Malal Bâ a dit…

Désolé mais je pense que cela ne devrait pas poser de problème car c'est comme cela que le nom a été orthographié dans la langue française et au Sénégal on ne dit pas M-bappé mais Mbappé tout comme on ne dit pas N-diaye mais Ndiaye. Pour preuve il n'y a aucune difficulté à prononcer le Tsar..

Anonyme a dit…

Les sons "mb" ou "nd" étant inconnus dans la langue française, il est difficile pour un français de souche de les prononcer. C'est comme demander à un lusophone ou un hispanophone de prononcer le "u" français. Il vous dira toujours "ou". Le "j" espagnol est imprononçable pour un pur français. Chez moi au Sénégal, beaucoup ne savent toujours pas dire "stade", station"... Vous les entendrez dire "estade", "estation"...

Anonyme a dit…

Je pense que c'est juste une question de respect. Respect de l'autre et de ses différences. Le problème des journalistes sportifs, c'est que ce sont des billes, formatés tous pareil et incapables de saisir la moindre nuance dans les cultures étrangères !

Thiebault a dit…

Dans un premier temps, vous dites qu'il est impossible de prononcer Mbappe correctement, puis vous terminez par "pas facile donc". "Impossible" et "pas facile" ne sont pas des expressions synonymes. Certes, pour un individu n'ayant pas l'habitude de pratiquer une langue bantoue, cela peut dérouter mais avec un minimum de bonne volonté et de persévérance, on y arrive très bien.

En fait, ce qui est totalement ahurissant, c'est la manie de placer un -e imaginaire devant le -m alors que la prononciation naturelle exige de ne pas y recourir.

Anonyme a dit…

C'est surtout une question de bonne volonté mais on le sait tous les français de couleurs blanches sont de mauvaises fois.
Je passais ...

Anonyme a dit…

J'ai appris qu'un journaliste ne doit jamais massacrer les noms et faire un effort de les prononcer comme il faut. S'ils le veulent ils pourront le faire. Comment expliquer que d'autres français, de souche soit-il, arrivent à le faire?

Anonyme a dit…

Comment prononcez vous "Clinton"? En français on dirait "Clin-ton" et pourtant les français prononcent "Cli-n-Tonn", ou "kim Jong-Un". c'est une question de respect de la culture des autres.

Salvador a dit…

Les usages de prononciation ne valent ni plus ni moins que les habitudes françaises. Pardon, mais mon patronyme à consonance espagnole se prononce en Amérique centrale avec un ‘’r’’ Apico alvéolaire. Toutefois, il ne me viendrait pas à l’esprit d’imposer cet usage en français à mes interlocuteurs. Il en va de même pour beaucoup de paronymes hispaniques, et certains, comme Cervantès, ont même acquis une orthographe française avec un accent grave. Alors que l’on prononce M’Bappé à la française, c’est un usage qui progressivement s’impose et s’imposera: l’usage ne s’impose pas ni ne se normalise au nom d’autres usages...

Unknown a dit…

On ne prononce presque pas le "M". Bappé, est plus correct que EM Bappé. Le "M" est presque un souffle nasal. Comme Mbolo etc...

Anonyme a dit…

C'est juste un processus linguistique différent !

Anonyme a dit…

Bonjour.

L'exercice de prononciation proposé dans cet article pour cesser d'écorcher le nom de Mbappé ( "je m'bats pas" ), est très pertinent, et je ne comprends pas ceux qui ne le comprennent pas :-) J'en propose un autre "Come back!", où vous arrivez bien à prononcer la succession de consonnes -mb- sans y ajouter de voyelle fantôme.

Allez, courage, exercez-vous : c'est bien Mbappé et non Êmbappé, qu'il s'appelle l'ami Kylian. Dico Tommy

Miss LF a dit…

Intéressante la précision de Unknown (3 juillet 13:37). Oui, les journalistes qui croient ne pas être capables de prononcer correctement Mbappé (d'une seule traite) feraient mieux de dire Bappé que Aime-Bappé, ils seraient dans le vrai au lieu d'être dans l'erreur. Merci pour votre intérêt pour cette question. Ecrivez aux rédactions des radios et des télévisions, tant qu'il est encore temps d'nverser la tendance ! Miss L.F.

Hélène Marlyse Yangari-Sima a dit…

En son temps, Patrick Mboma avait fait une remarque similaire à propos de son patronyme.Aujourd'hui, où en sommes-nous? Son nom est prononcé correctement !

Unknown a dit…

tout simplement parce qu'ils sont idiots ceux qui croient détenir la meilleure des civilisations, si vous ne savez pas qu'en chaque langue ils des consonances très et il faut les prononcer ainsi alors apprenez au moins car l'ignorance est toujours le drame de notre société, vouloir déformer la prononciation du nom d'une personne c'est aussi de la moquerie que cela cesse.

Unknown a dit…

Une personne d'origine camerounaise m'à dit que le M ne se prononce pas.Il voudrais dire "fils de".tout comme ben en arabe.Qu'en est il?Merci pour vos réponses afin de dissiper les malentendusoirs.

Allinne a dit…

Alors, amis journalistes et rédacteurs en chef, aurez-vous l'obligeance d'entendre les protestations des connaisseurs de la prononciation bantoue et de la lecture des caractères latins dont est fait notre alphabet, et que vous auriez dû apprendre dès l'école maternelle ? Nous ferez-vous l'amitié de n'être pas plus que nécessaire des moutons de Panurge ? Cet article a recueilli 125 000 lecteurs en une seul journée. N'en faites-vous doc pas partie ? Dommage...

Schaheb a dit…

Vous prononcez aussi "Owbama" et "Trump" avec un "r" retroflexe? Poussez-vous votre respect des cultures des autres jusqu'à prononcer "Abdellatif Bouteflika" avec tous les phonèmes de l'arabe? Faut-il prononcer "Rhossé Marrrrrría Athhhnar", YoHann VolfgAng Fon Gueuth, ou parler de la musique de Motsart et de Bakhhhh?
"Clinntonn" est-il d'ailleurs plus respectueux que "Clainton"? Dans "Clinntonn est un assHole", par exemple?
Le cluster "mb" n'est pas très naturel à l'initiale en français. Il est un peu ridicule de blâmer des commentateurs sportifs en suggérant insidieusement que leur prononciation est tacitement raciste ou colonialiste, alors qu'en fait il s'agit juste de... commentateurs sportifs, qui ne perdent pas leur temps, comme nous, à réfléchir profondément sur les conséquences sociopolitiques de la prononciation d'une nasale.

Miss LF a dit…

Vous écrivez, Schaeb, que c'est "un peu ridicule de blâmer" les professionnels de la parole qui inventent une prononciation extravagante, dépourvue de tout fondement orthographique. Or, la succession de lettre -mba- ne peut en aucun cas se lire comme la succession de lettre -êmba- selon notre alphabet, sauf si le M est détaché, or il ne l'est pas. Nul ne prononce "mort au con-êmbat" au lieu de "mort au combat". La perte de repères en lecture alphabétique alphabétique est excusable chez tout un chacun, elle ne l'est pas chez des professionnels de la parole.

Vos comparaison avec la prononciation francophone de Bach ou Mozart ne tient absolument pas la route, elle est spécieuse. Car ces prononciations francisées ne procèdent pas d'une lecture alphabétique inepte. Vous comprenez ?

Bristol a dit…

N'est-ce pas un peu la faute de N'Guma dans Julie Lescaut ?

Unknown a dit…

Le plus énervant dans ces problèmes de prononciation que je trouve irrespectueux c'est que les concernés eux-mêmes laissent faire. Je m'appelle Stéphane et ça ne leur a jamais posé de problème. J'ai longtemps cherché un mot dans la la langue française qui commence par un m et qui est suivi d'une consonne et j'y suis arrivé c'est donc la preuve que c'est pas une question de culture. Le contraire d'amnésique c'est bien mnésique et jamais un français ne dira emnésique mais bien mnésique en prenant bien soin d'absorber le m et de bien prononcer le n. Alors un peu de respect pour les noms d'ailleurs et un minimum d'efforts.

Anonyme a dit…

Oui enfin à l'origine le nom n'est pas français, ce n'est pas à nous de nous accoutumer à des prononciation incohérentes aux nôtres sinon cela vaudrait pour tout ce qui est étranger et rend finalement, ce post pas très pertinent en plus de faire perdre des repères fondamentaux de la langue française....Dans l'histoire ça s'est toujours fait et les concernés n'ont jamais dit "c'est pas comme ça qu'on prononce mon nom" car ils savent très bien que c'est la manière dont les autochtones (si j'ose dire) le prononcent. J'ai moi même un prénom et un nom étranger qui a une prononciation différente dans mon pays d'origine et je ne n'embête personne à ce propos car c'est moi qui m'assimile et pas l'inverse...Cela reste néanmoins intéressant mais je vous prie de prendre en considération mon point de vue.

Dico Tommy a dit…

Commentaire ci-dessus : vous n'arrivez pas à comprendre où est le problème. Ce que l'on peut reprocher INDISCUTABLEMENT aux journalistes qui prononcent M-Bappé, c'est de ne pas savoir lire. Rien d'autre et rien de plus. Il s'agit de Kylian Mbappé et non de Kylian M-Bappé ni Aime-Bappé. La langue française n'a rien à voir là-dedans. Juste la capacité à lire l'alphabet, avec quelque accent que ce soit ! Or, il n'y a aucune voyelle devant le M et on ne doit donc pas en inventer une ! Pourquoi ÊM-Bappé plutôt que OM-Bappé ou IM-Bappé, vous l'êtes-vous demandé ? Parce que ces sots croient que la consonne M doit se prononcer séparément, comme ils la prononcent quand ils récitent l'alphabet. Or non, puisqu'elle n'est pas isolée ! Point final. Vous comprenez ?

Un autre commentaire signale très judicieusement que, si - par problème neurologique ou par mauvaise volonté - on ne parvient pas à prononcer Mbappé, alors mieux vaut prononcer Bappé plutôt que Om-Bappé ou Am-Bappé ou Êm-Bappé. C'est moins absurde.

Quant à la question de la difficulté d'articulation, c'est indéfendable. Tout le monde arrive très bien à prononcer "M'bats pas le couilles !" Non ? Bon, ce qui est possible dans la grossièreté doit l'être dans la correction. :-)

Miss LF a dit…

Le prétexte de la prétendue difficulté d'articulation est indéfendable. Tout le monde arrive très bien à prononcer "M'bats pas le couilles !" Non ? Bon, ce qui est possible dans la grossièreté doit l'être dans la correction.

Mbappé ne se prononce pas Êm-Bappé.

CelsaRabande a dit…

Excellente remarque de Unknown (7juillet 4:33). Aucun journaliste ne se ridiculiserait à prétendre avoir du mal à prononcer l'adjectif "mnésique" ("des troubles mnésiques") et ne nous imposerait la grotesque prononciation "des troubles êm-nésiques". Et toc ;-)


Aime'Bappé a dit…

Bôôôf !!! Débat inutile. Si j'entends "Aime'Bappé" prononcé avec affection pour le joueur, ça me va. Aujourd'hui, je vois certains s'offusquer qu'on mette une apostrophe : "M'Bappé" au lieu de "Mbappé". Alors qu'au Cameroun, les deux orthographes pour ce type de nom, sont très courantes (je suis né et j'ai grandi là-bas). Il faut arrêter de prêter plus d'importance à cette orthographe, qu'elle en a.

La langue française (elle n'est pas la seule, toutes ont tendance à le faire) s'est toujours appropriée les noms étrangers, à sa manière. Au départ, je ne comprenais pas pourquoi, une prononciation aussi facile que "Milla le footballeur"- Mila à l'oreille, devenait "Miya" dans la bouche de certains journalistes sportifs. C'est comme cela je pense, que "London" est devenue "Londres", "Köln ... Cologne", etc. On s'y habitue. On ne demande pas à un Italien en Italie de prononcer "Paris" pour "Parigi".

En fait, tout ça sert de prétexte il me semble, à des Français d'origine étrangère, pour montrer leur sentiment de pas totale intégration, malgré leurs papiers français. Tout comme le blocage sur le "M", semble marquer chez les Français dits de souche, une difficulté symbolique à assimiler, un marqueur culturel si lointain. Je crois que seul le temps règlera les choses.

Miss LF a dit…

Bonjour Aime'Bappé. Vous êtes très philosophe, ça vous honore. Ce qui honore moins les PROFESSIONNELS de la parole (eux seuls sont visés par cet article de mise au point), c'est de mal faire leur métier. Un trompettiste qui joue obstinément un si bémol croche au lieu d'un si naturel double croche, a vite fait d'être remplacé. Un journaliste de la presse parlée dont le professionnalisme est tellement défaillant qu'il imite sans réfléchir ceux qui inventent une sonorité fictive, reste en place. Not cool. Not fair. Injuste. Miss L.F.

PS : pendant 20 ans, nous avons aussi eu les journalistes qui inventaient "Mirrhaïl" Gorbatchev au lieu de Mikaël. Les russophones ont eu beau protester contre cette stupide prononciation fictive, rien ne les en a détournés. Car il n'y a rien de plus inébranlable qu'un cuistre. Rappelons que le cuistre, c'est celui qui fait étalage d'un faux savoir.

Aime'Bappé a dit…

Bonjour Miss LF. Je dois dire que j'ai enregistré mon commentaire, sans avoir lu la page sur vos missions.
Je comprends mieux le sens de vos interventions maintenant. J'aime bien votre comparaison avec la musique.
Mais je doute que les professionnels de la parole, se sentent soumis à un tel niveau d'exigence. Et puis... c'est vrai qu'ils influencent sans doute, l'usage populaire de la langue, mais jusqu'à quel point ? je ne sais pas.

Lutter ainsi contre la francisation des mots d'origine étrangère, me semble un combat presque perdu d'avance.
Vous savez aussi bien que moi, comment en sens inverse, le français a ses adaptations locales, dans tous les pays d'expression francophone. Faut-il lutter contre ça aussi ? Est-ce un mal ? Est-ce un bien ?
Bon... je m' arrête là. Je m'éloigne peut-être du sujet. Bonne journée. Amicalement.

Miss LF a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Miss LF a dit…

Cher ami, Ce n'est P A S une francisation ! C'est une vue de l'esprit. En français, dans un mot, la succession de consonnes MB ne se prononce PAS "êmb" mais "mb" comme dans samba ou "m'bats pas, papa !". La succession des consonnes MN ne se prononce pas "Êmène" mais "mn", comme dans mnésique ou amnésique. En suivant la logique idiote de ceux qui prononcent "Êmbapé", alors, il faudrait prononcer Êm-Bé-a-Pé (détacher TOUTES les consonnes, pas seulement le M). Absurde, non ? Oui, absurde. Et incompétent : des journalistes de médias francophones parlés qui ne connaissent même pas les conventions d'écriture et d'articulation les plus élémentaires des lettres dans leur propre langue, sont-ils fondés de s'obstiner dans l'erreur ? Nous pensons que non.

Anonyme a dit…

Mnémonique = Art de cultiver la mémoire. Ces journalistes vont t-ils le prononcer "èm-némonique"? Non bien sûr. Quand un nom vient d'Afrique, ils ne font jamais d'efforts.

Tarentelle a dit…

Ceux qui prononcent èm-bappé sont sans doute des cuistres : des gens qui font étalage d'un faux savoir. "Je sais qu'il faut dire M-Bappé, et je vous le montre". Or, non, il ne faut pas. Et ce serait bien de ne pas nous contaminer avec votre ignorance.

Thiebault a dit…

Je reviens inopinément sur cette discussion après un "incident". Je communiquais par Whatsapp avec un ami qui s'appelle "Mbexxx". Il porte un nom du Congo. Ma fille de 6 ans est à côté de moi et lit le prénom et le nom de cet ami. Le prénom de cet ami se termine par une diphtongue. On pouvait donc poser l'hypothèse émise par un intervenant anonyme selon laquelle (hypothèse) la prononciation /mbapé/ n'est possible que se le nom est précédé d'une voyelle. Je demande donc à ma fille de prononcer le nom seul, sans le faire précéder du prénom. Eh bien, figurez-vous qu'elle y est parvenue sans le moindre problème.

Ceux qui en douteraient, trouvez un enfant assez jeune que pour ne pas se laisser influencer par les prononciations parasites de son entourage et qui sache lire. Et présentez-lui le nom Mboyo. Il n'y a aucune chance pour qu'il prononce /èmboyo/. ET quand j'affirme "aucune", c'est avec un taux de certitude évalué à 100%.

Sigismond a dit…

Les enseignants propagent eux aussi cette faute de lecture, ce qui est sidérant. Les profs de gym, qui sont tous bacheliers en France, devraient savoir lire, juste lire, et donc reprendre leurs élèves qui évoquent avec enthousiasme M-Bappé au lieu de Mbappé.

Et que dire de l'oisiveté du service communication de la FFF qui ne fait rien pour éradiquer cette prononciation farfelue ?

C'est l'occasion de saluer tout de même le commentateur des matches qui, sur TF1 a constamment bien prononcé Mbappé. Même s'il n'a jamais osé faire de remarque à Lizarazu qui a persisté dans le Êm-Bappé.

Anonyme a dit…

La plupart des langues tonales ont des diphtongues consonantiques que le monde entier est capable de prononcer, sauf mes concitoyens français blancs (caucasiens)
Seuls mes concitoyens français cau se plaignent de nos requêtes afférant à une bonne prononciation. Pourquoi ?

Anonyme a dit…

Salvador, les apico-alvéolaires changent la prononciation mais non pas la signification.
Dans les langues tonales, si l'on n'utilise pas l'alphabet phonétique international pour les transcrire, lorsque mal prononcées ou mal transcrites on change la signification du terme

Anonyme a dit…

Faux ma soeur, dans nos langues tonales (Afrique et Asie), les tons et diphtongues ont différentes signication.
Pour expliquer, je dois prendre un exemple orthographique en français en me servant d'hompohones :
-Jean Sot
-Jean Sceau
Même son mais différentes orthographes = différentes étymologies donc différentes signications

Miss LF a dit…

Cher Anonyme (22 juillet 01:04) Votre commentaire s'avère hors-sujet : il est un fait indiscutable que Mbappé ne s'appelle pas M-Bappé, et que mbappé ne doit donc pas se prononcer êm-bappé. "Faux ma sœur" dites-vous pourtant, avant d'avancer une démonstration qui ne concerne en rien la phonétique des successions de consonnes. Je vous invite à relire l'article pour mieux comprendre où est le problème dans le suivisme médiatique aveugle et sourd. Aveugle à cette translittération latine du bantou, et sourd à la distinction entre mba et êmba. Bien amicalement. Miss L.F.

Anonyme a dit…

Quelle profondeur de réflexion et de jugement. Nous sommes bien sûr tous destines qu'à ne perpétuer la haine de l'autre et ne sommes pas capables de traiter chaque humains avec égalité et respect, tout ça car nous ne sommes pas capables de connaître toutes les pratiques des prononciations régionales ou d'autres pays ! D'un côté ou de l'autre il n'y a que des tas de cons !

Unknown a dit…

Et doit on dire alors pour Paul Pogba :
POGUEBA ou POBA?

Miss LF a dit…

Evidemment, il faut prononcer Pogba comme ça s'écrit, sans inventer de lettre ni en supprimer. Si vous dites POGUEBA vous inventez un son "E" qui n'existe pas. Si vous dites POBA vous supprimez un son "G" qui existe. La prononciation correcte peut s'exprimer ainsi : POG-BA, mais sans aucune halte entre ces deux phonèmes. Bref : POGBA !

Unknown a dit…

les journalistes devraient donner l'exemple en prononçant correctement les noms Propres comme Valencia et non Valence, Roma et non Rome, Firenze et non Florence Mbappé et non Mémbappé. Sachant que je croyais aller à Monaco en partant de Roma alors que j'étais attendu à Munchen, à moins qu'il ne s'agisse de Munich.
Vive la géographie (anglaise... ah non English!!!) vive le désordre.

Anonyme a dit…

Aime'Bappé a dit…"En fait, tout ça sert de prétexte il me semble, à des Français d'origine étrangère, pour montrer leur sentiment de pas totale intégration, malgré leurs papiers français. Tout comme le blocage sur le "M", semble marquer chez les Français dits de souche, une difficulté symbolique à assimiler, un marqueur culturel si lointain. Je crois que seul le temps règlera les choses."
Tu n'as rien compris! Il faut connaître l'origine de l'orthographe des noms africains pour mieux comprendre à quel point les occidentaux contemporains ne font aucun effort pour parler les langues africaines. En effet, prononcer un nom revient à parler une langue, et le nom est le seul attribut sacré dans toutes les civilisations humaines où il est interdit de s'en moquer ou d'en faire une risée. Dans toutes les civilisations humaines, la dénomination des enfants à l'origine était faite après consultation des oracles qui étaient sensés déterminer sa destinée.
C'étaient les missionnaires européens qui avaient orthographiés les noms africains entre autres et c'est grâce à leur parfaite maîtrise de la phonétique et leur soucis du respect de la prononciation et de la signification locale de chaque nom qu'ils étaient parfois obligés d'aligner successivement deux consommes au début d'un nom sans alterner une consomme et une voyelle. Lorsqu'on respecte cette orthographe originelle et la prononciation qui en découle, on respect par conséquent l'esprit originel et la signification du nom choisi par les parents ou à l'époque par les oracles.
Le nom est sacré! Il faut respecter scrupuleusement son orthographe et sa signification pour éviter de blesser les âmes sensibles. Lorsqu'on ne sait pas ou ne peut pas prononcer un nom, il faut demander poliment comment le prononcer ou s'excuser de l'avoir écorché.